Dans l’envoutant univers de Curlew River

Rédigé avec amour le 22 avril 2016

Il fait nuit noire. Par delà la rivière on distingue les ruines d’un pylône métallique. Il semble braver le temps. Des chants cantiques s’élèvent de cette atmosphère envoutante. Quasi irréelle. Un groupe de moines s’avance près de la rivière au Courlis, cette frontière entre le royaume de l’Est et celui de l’Ouest. De l’autre côté du fleuve, un pèlerinage a lieu auprès d’une tombe miraculeuse aux pouvoirs curatifs.

Un passeur est là. A attendre. Attendre que le prochain voyageur lui demande de traverser cette rivière. Alors qu’il s’apprête à prendre pied dans le bac, une voix étrange se fait entendre. C’est la Folle. Elle dit venir des Montagnes Noires.

Considérée comme l’une des partitions les plus fascinantes de Benjamin Britten, Curlew River sera une des dernières pièces de la saison présentées par l’Opéra de Dijon. Elle déploie des trésors de colorations et de suggestions pour évoquer la folie dans une atmosphère irréelle…

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Dans les coulisses du Grand Théâtre, à quelques jours de la première représentation, l’heure est aux dernières retouches. Pas moins de 16 personnes vont se succéder sur la magnifique scène du Grand Théâtre pour trois représentations. Alors tout doit être parfait.

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Assis au bord de la fosse, le metteur en scène Guillaume Vincent règle les derniers placements. Sur cette pièce, en plus du chœur hommes de l’Opéra, il accueille des enfants de la Maitrise de Dijon. Un peu timides, les quatre choristes s’approchent et finissent par s’asseoir sur une valise au bord de la rivière. Chacun scrute les gestes de Nicolas Chesneau, le directeur musical.

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Dans les travées du Grand Théâtre, les sonorités résonnent et la mise en scène surprend. Des projections, des vidéos, des voix. Un univers mystique, étrange, ensorcelant.

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River
Les mardi 26, jeudi 28 et vendredi 29 avril à 20h
Grand Théâtre de Dijon
Tarif : de 5,50€ à 44€
Durée : 1h15 sans entracte

Rencontre avec Guillaume Vincent mardi 26 avril à 19h et Nicolas Chesneau jeudi 28 avril à 21h30
Soirée étudiante jeudi 28 avril à 20h

Dans l’envoutant univers de Curlew River

Rédigé avec amour le 22 avril 2016

Il fait nuit noire. Par delà la rivière on distingue les ruines d’un pylône métallique. Il semble braver le temps. Des chants cantiques s’élèvent de cette atmosphère envoutante. Quasi irréelle. Un groupe de moines s’avance près de la rivière au Courlis, cette frontière entre le royaume de l’Est et celui de l’Ouest. De l’autre côté du fleuve, un pèlerinage a lieu auprès d’une tombe miraculeuse aux pouvoirs curatifs.

Un passeur est là. A attendre. Attendre que le prochain voyageur lui demande de traverser cette rivière. Alors qu’il s’apprête à prendre pied dans le bac, une voix étrange se fait entendre. C’est la Folle. Elle dit venir des Montagnes Noires.

Considérée comme l’une des partitions les plus fascinantes de Benjamin Britten, Curlew River sera une des dernières pièces de la saison présentées par l’Opéra de Dijon. Elle déploie des trésors de colorations et de suggestions pour évoquer la folie dans une atmosphère irréelle…

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Dans les coulisses du Grand Théâtre, à quelques jours de la première représentation, l’heure est aux dernières retouches. Pas moins de 16 personnes vont se succéder sur la magnifique scène du Grand Théâtre pour trois représentations. Alors tout doit être parfait.

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Assis au bord de la fosse, le metteur en scène Guillaume Vincent règle les derniers placements. Sur cette pièce, en plus du chœur hommes de l’Opéra, il accueille des enfants de la Maitrise de Dijon. Un peu timides, les quatre choristes s’approchent et finissent par s’asseoir sur une valise au bord de la rivière. Chacun scrute les gestes de Nicolas Chesneau, le directeur musical.

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Dans les travées du Grand Théâtre, les sonorités résonnent et la mise en scène surprend. Des projections, des vidéos, des voix. Un univers mystique, étrange, ensorcelant.

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River à l'Opéra de Dijon | Photos Jérémie Lorand

Curlew River
Les mardi 26, jeudi 28 et vendredi 29 avril à 20h
Grand Théâtre de Dijon
Tarif : de 5,50€ à 44€
Durée : 1h15 sans entracte

Rencontre avec Guillaume Vincent mardi 26 avril à 19h et Nicolas Chesneau jeudi 28 avril à 21h30
Soirée étudiante jeudi 28 avril à 20h