In Saôneor Verita

Rédigé avec amour le 27 avril 2016

Le temps d'une journée, les étudiants de l'Ecole d'Art de Chalon-sur-Saône vont redonner vie à l'ancienne usine Kodak - aujourd'hui reconvertie. À travers un projet artistique détonnant, ils invitent à la divagation et à la découverte.

Au détour d'un couloir, au hasard d'une salle, verita per verita propose une allégorie de l'affrontement, une critique de l'individualisme. 14 artistes (Voir ci-dessous) ont respecté les mêmes règles : réaliser douze oeuvres originales avant de les "remettre en jeu". Le duo d'artistes The Fine Art Collection, assurant le commissariat de l'exposition, ont en effet voulu instaurer un jeu d'auteurs en attribuant à chacun, par tirage au sort, la réalisation d'un autre. Sa mission ensuite ? La réinterpréter avant de l'exposer à son tour sous une toute autre forme donc.

Ces réinterprétations vont être assemblées en une seule et même installation afin de brouiller le statut d'auteur au profit de l'entité. Pour découvrir les originales, il faudra déambuler dans tout le premier étage de Saôneor, l'ancien site de Kodak. Tous les médiums seront représentés : la vidéo, le son, la sculpture, le dessin, les installations in situ ou encore les performances live lors du vernissage avec le grand public.

The time it takes a tear to fall VERITA PER VERITA le 28 avril à Saôneor.

Une vidéo publiée par Nathan Carême (Nadæc) (@nadaecc) le

Car si le lieu est loin d'être inconnu des artistes qui y travaillent régulièrement, ils n'exposeront leurs oeuvres au grand public que durant une journée. L'éphémérité de l'événement vient renforcer ce sentiment voulu de lâcher prise.

Les 14 artistes sont Lucie Ascione, Kévin Berny, Nathan Carême, Vincent Di Maïolo, Yassine Gheribi, Jérémy Ledda, Claire Longo, Francis Martin, Mathilde Merius, Sarah Mesqi, Fanny Partouche, Louise Pelordet, Sébastien Pierlet, Robin Voisin.

Exposition verita per verita
28 avril 2016 à partir de 11h - Vernissage à 17h
Saôneor - Fragnes

In Saôneor Verita

Rédigé avec amour le 27 avril 2016

Le temps d'une journée, les étudiants de l'Ecole d'Art de Chalon-sur-Saône vont redonner vie à l'ancienne usine Kodak - aujourd'hui reconvertie. À travers un projet artistique détonnant, ils invitent à la divagation et à la découverte.

Au détour d'un couloir, au hasard d'une salle, verita per verita propose une allégorie de l'affrontement, une critique de l'individualisme. 14 artistes (Voir ci-dessous) ont respecté les mêmes règles : réaliser douze oeuvres originales avant de les "remettre en jeu". Le duo d'artistes The Fine Art Collection, assurant le commissariat de l'exposition, ont en effet voulu instaurer un jeu d'auteurs en attribuant à chacun, par tirage au sort, la réalisation d'un autre. Sa mission ensuite ? La réinterpréter avant de l'exposer à son tour sous une toute autre forme donc.

Ces réinterprétations vont être assemblées en une seule et même installation afin de brouiller le statut d'auteur au profit de l'entité. Pour découvrir les originales, il faudra déambuler dans tout le premier étage de Saôneor, l'ancien site de Kodak. Tous les médiums seront représentés : la vidéo, le son, la sculpture, le dessin, les installations in situ ou encore les performances live lors du vernissage avec le grand public.

The time it takes a tear to fall VERITA PER VERITA le 28 avril à Saôneor.

Une vidéo publiée par Nathan Carême (Nadæc) (@nadaecc) le

Car si le lieu est loin d'être inconnu des artistes qui y travaillent régulièrement, ils n'exposeront leurs oeuvres au grand public que durant une journée. L'éphémérité de l'événement vient renforcer ce sentiment voulu de lâcher prise.

Les 14 artistes sont Lucie Ascione, Kévin Berny, Nathan Carême, Vincent Di Maïolo, Yassine Gheribi, Jérémy Ledda, Claire Longo, Francis Martin, Mathilde Merius, Sarah Mesqi, Fanny Partouche, Louise Pelordet, Sébastien Pierlet, Robin Voisin.

Exposition verita per verita
28 avril 2016 à partir de 11h - Vernissage à 17h
Saôneor - Fragnes